décembre 4, 2021

Arthrobacter woluwensis Endocardite Infectieuse Subaiguë: Rapport de cas et Revue de la Littérature

Résumé

Nous rapportons un cas d’endocardite due à Arthrobacter woluwensis et examinons les rapports publiés d’espèces d’Arthrobacter isolées à partir d’échantillons cliniques humains. Un consommateur de drogues injectables de 39 ans a présenté de la fièvre et un nouveau souffle cardiaque. A. woluwensis a été isolé à partir d’hémocultures et un diagnostic d’endocardite infectieuse subaiguë de la valve mitrale native a été posé. Le patient a été traité avec succès avec un traitement par teicoplanine intraveineuse de 6 semaines. À partir de notre examen de la littérature, nous avons pu récupérer des données sur 41 cas d’espèces d’Arthrobactéries isolées à partir d’échantillons cliniques humains. Cependant, l’espèce Arthrobacter n’a été documentée comme cause de maladie humaine qu’à 5 autres occasions (2 cas de bactériémie, 1 cas d’endophtalmie postopératoire, 1 cas de syndrome de type maladie de Whipple et 1 cas de phlébite). En raison de la difficulté d’identifier les souches d’Arthrobacter par des tests biochimiques conventionnels, il est probable que les infections par ces bactéries corynéformes sont sous-déclarées.

Les bactéries coryneformes, généralement considérées comme faisant partie de la flore humaine normale ou des contaminants environnementaux, sont de plus en plus reconnues comme une cause de maladies potentiellement mortelles. Dans la population générale, les bactéries coryneformes sont les agents dans11% des cas d’endocardite infectieuse sur les valves prothétiques et natives, mais dans jusqu’à 7% des cas d’endocardite valvulaire prothétique précoce. L’identification des bactéries coryneformes au niveau du genre et de l’espèce reste un défi pour la plupart des laboratoires traitant des échantillons cliniques humains. Malgré la large distribution de ces espèces dans l’environnement, en particulier dans le sol, le potentiel des espèces d’Arthrobactéries, qui appartiennent à la bactérie coryneforme, de causer des maladies humaines n’a été pleinement reconnu que ces dernières années.

Nous rapportons un cas d’endocardite infectieuse subaiguë avec atteinte de la valve mitrale native due à Arthrobacter woluwensis chez un utilisateur de drogues injectables séronégatives au VIH. De plus, nous passons en revue les rapports publiés sur des espèces d’Arthrobacter prélevées sur des échantillons cliniques humains depuis la première description de 11 souches cliniques appartenant à ce genre en 1996.

Patients Matériaux et méthodes

Patients. En plus de notre cas, des cas précédemment signalés impliquant l’isolement d’espèces d’Arthrobacter à partir d’échantillons cliniques ont été identifiés au moyen d’une recherche MEDLINE couvrant la littérature de l’année du premier isolement d’Arthrobacter à partir d’échantillons cliniques (1996) jusqu’en mai 2002, avec « Arthrobacter » comme mot clé. Les sections de référence de ces publications ont été utilisées pour vérifier si la recherche MEDLINE était terminée.

Analyses microbiologiques conventionnelles. La caractérisation biochimique préliminaire des bâtonnets à gram positif isolés des échantillons de sang du patient a été réalisée en utilisant le système API Coryne, base de données version 2.0 (bioMérieux). Des analyses supplémentaires ont été effectuées selon le système d’identification des bactéries coryneformes établi par Funke et Bernard.

Essais pour l’analyse moléculaire. L’ADN a été extrait de colonies isolées récupérées de la gélose Columbia dans 200 µL d’une résine échangeuse d’ions commerciale (matrice InstaGene; Bio-Rad), conformément aux instructions du fabricant. Une réaction PCR standard a été réalisée avec 5 µL de l’ADN extrait comme matrice, 0,5 µmol/L de chaque amorce et 1 U Taq polymérase (Qiagen) dans un volume réactionnel total de 50 µL (tampon fourni par le fabricant). Les réactions ont été recouvertes d’huile de paraffine (Merck) pour éviter l’évaporation. Les amorces PCR universelles amplifiant l’ensemble du gène de l’ADNR 16S ribosomique étaient l’UNI16SRNA-L (5′-ATTCTAGAGTTTGATCATGGCTCA-3′) et l’UNI16SRNA-r (5′-ATGGTACCGTGTGACGGGCGGTGTGTA-3′). La PCR a été réalisée dans un Thermocycleur d’ADN (Perkin-Elmer Applied Biosystems) dans les conditions suivantes : dénaturation à 94°C pendant 30 s, recuit à 52°C pendant 30 s et allongement à 72°C pendant 60 s, pour un total de 35 cycles. Les produits d’amplification ont été utilisés comme modèles pour le séquençage direct, préparés par une simple étape de purification avec le kit de purification QIAquick PCR (Qiagen), conformément aux instructions du fabricant. Des réactions de séquençage de cycle ont été réalisées dans des volumes totaux de 15 µL avec un kit de séquençage de Cycle de Terminaison de colorant ABI Prism Big (Perkin-Elmer) sur un analyseur génétique ABI Prism 310 (Perkin-Elmer), le tout conformément aux instructions du fabricant. Des séquences d’ADN ont été collectées pour ∼1360 pb du fragment amplifié d’ADNr 16S par séquençage avec des amorces universelles pour le gène cible : UNI16SRNA-L (voir ci-dessus), 357 (5′-TACGGGAGGCAGCAG-3′), 533 (5′- GTGCCAGCAGCCGCGGTAA-3′), et r2 (5′-GGATTAGATACCCTGGTAG-3′). Toutes les séquences ont été comparées avec des données déposées dans GenBank ; les résultats étaient identiques.

Rapport de cas

Un utilisateur de drogues injectables de 39 ans a été vu pour la première fois à cause d’une fièvre avec frissons, fatigue, myalgie et une perte de poids de 7 kg au cours des 6 mois précédents. Initialement, il a refusé d’être hospitalisé et n’a pas pu être retracé pendant les 7 prochaines semaines. Par la suite, il s’est présenté à notre service des urgences en raison d’une fièvre persistante et d’une faiblesse croissante. Il était un toxicomane connu pour avoir injecté de l’héroïne, des amphétamines triturées et de la cocaïne pendant près de 15 ans. Il a eu une tuberculose pulmonaire pendant l’enfance et l’adolescence, a connu des épisodes de convulsions généralisées à l’âge de 28 ans, a reçu un diagnostic de sacro-iliite du côté droit 5 ans avant l’admission et a subi une excision chirurgicale d’un abcès iliopsoas droit 1 an avant l’admission. Cependant, il n’y avait aucun antécédent de maladie cardiaque ou rhumatismale. Il a eu des résultats de test VIH négatifs à plusieurs reprises au cours des 2 dernières années.

À l’admission, sa température axillaire était de 38,5 ° C, son pouls était de 60 battements par minute et sa fréquence respiratoire était de 15 respirations par minute. La pression artérielle était de 90/60 mm Hg. Sa taille était de 164 cm et son poids corporel de 53 kg. Les résultats cliniques pertinents étaient un nouveau souffle de régurgitation mitrale, une hernie importante au niveau de la plaie iliaque droite et une rate palpable. Les poumons étaient clairs à l’auscultation. Il n’y avait aucune anomalie du fond oculaire, aucune lésion cutanée et aucune anomalie neurologique. Les tests de laboratoire ont révélé une anémie normochrome (taux d’hémoglobine, 10,8 g / dL), un nombre de WBC de 4,3 × 109 cellules / L (avec 91% de neutrophiles) et un taux de protéine C-réactive de 60 mg / L. Les taux de lactate déshydrogénase, de créatinine, d’alanine aminotransférase, de phosphatase alcaline, le temps de prothrombine, le temps de thromboplastine partielle et le taux de sédiment urinaire étaient normaux. L’électrocardiogramme et la radiographie de la poitrine n’ont révélé aucune anomalie. L’échographie abdominale a révélé un foie stéatotique légèrement élargi et une rate homogène d’un diamètre maximum de 13 cm.

Quatre hémocultures (4 flacons par visite) ont été prélevées et incubées dans un système BacT/ALERT (bioMérieux). Le rapport de la première culture n’indiquait que la présence de bâtonnets à gram positif; le rapport des autres ensembles d’hémoculture a révélé la présence d’une souche présumée de Corynebacterium aquaticum (croissance uniquement dans les flacons d’hémoculture aérobies). L’identification a été effectuée sur la base de la coloration de Gram, de la morphologie des colonies et de la réaction biochimique, telle qu’évaluée par un système commercial (voir Résultats). L’organisme était résistant à la pénicilline et à la ciprofloxacine, mais sensible à la tétracycline, à la vancomycine et à la teicoplanine par le test de diffusion des disques. L’échocardiographie transthoracique et transoesophagienne n’a révélé aucune végétation, mais une régurgitation mitrale modeste et une régurgitation aortique minimale étaient présentes. Le patient a reçu un diagnostic d’endocardite infectieuse subaiguë sur la base des critères révisés de l’Université Duke.

Le patient a reçu de la teicoplanine intraveineuse (400 mg b.i.d.) pendant 6 semaines. Sa fièvre a diminué après les 24 premières heures de traitement et le taux de protéine C-réactive s’est normalisé après 11 jours. L’évolution clinique subséquente s’est déroulée sans incident. Les résultats des cultures d’échantillons de sang obtenus 3 semaines après le début de l’antibiothérapie et à la fin du traitement sont restés négatifs. Trois mois après la fin du traitement, le souffle cardiaque avait presque disparu et l’échocardiographie transthoracique n’avait révélé aucune anomalie supplémentaire.

Résultats

Première isolation et identification asC. aquaticum. Une hémoculture standard avec le système de culture Bactalert et des flacons d’Organon Teknika a révélé la présence de bâtonnets à gram positif. Après repiquage sur gélose sanguine Columbia et gélose au chocolat, les microorganismes se sont développés à 37°C en 24 h. La caractérisation biochimique par l’utilisation du système API Coryne a abouti à une identification de l’espèce comme C. aquaticum avec une probabilité de 99,9% et T de 0,87 (paramètres d’identification internes du logiciel API ATB Plus). L’aspect macroscopique des colonies (initialement blanchâtres-grisâtres et devenant légèrement jaunâtres après 72 h), ainsi que la taille des colonies lisses (diamètre, > 2 mm) après seulement 24 h d’incubation à 37 °C dans une atmosphère enrichie en CO2 à 5%, rendaient l’affectation au genre Corynebacterium très improbable, car les vraies corynebactéries présentent très rarement un pigment jaunâtre et ne dépassent guère 2 mm de diamètre après seulement 24 h. Ces caractéristiques nous ont incités à étudier plus en détail les isolats.

Identification asA. woluwensis. Nous avons observé les réactions suivantes: catalase, positive; métabolisme oxydatif, motilité, négative; Réduction du NO3, négative; hydrolyse de l’urée, positive; hydrolyse de l’esculine, positive; pas de production d’acide à partir du glucose; maltose; saccharose; mannitol; xylose; réaction de l’AMPc, négative; Activité de la DNase, positive; et gélatinase, positive; et pas de lipophilisme. L’analyse des acides gras cellulaires a révélé que C15:0ai (53% du total des acides gras cellulaires), C17: 0ai (20%), C15: 0i (9%) et C16: 0i (8%) étaient les acides gras cellulaires prédominants. De plus, nous avons déterminé à l’aide de méthodes chimiotaxonomiques que la lysine était le diamino-acide du peptidoglycane. Les résultats de ces recherches ont démontré de manière concluante que la bactérie inconnue appartenait au genre Arthrobacter. Enfin, nous avons comparé la bactérie inconnue à la souche type d’A. woluwensis (souche DSM 10495) et observé que les deux souches étaient capables d’hydrolyser l’amidon, la caséine et la tyrosine mais pas la xanthine.

La séquence de l’ADN obtenu à partir de l’hémoculture du patient correspondait à une séquence déposée à GenBank (numéro d’accession X93353) associée à A. woluwensis. Le numéro d’accession GenBank attribué à la séquence est AY112986.

Sensibilité aux antimicrobiens. Le profil de sensibilité aux antimicrobiens de la souche du patient a été déterminé comme décrit ailleurs, et les CMI suivantes ont été observées: pénicilline, 4 mg / L; ampicilline, 8 mg / L; céfuroxime, > 64 mg / L; céphalothine, 64 mg / L; ceftriaxone, 64 mg / L; chloramphénicol, 1 mg / L; tétracycline, 1 mg / L; ciprofloxacine, 4 mg / L; clindamycine, 2 mg / L; gentamicine, 8 mg/L; rifampine, < 0,125 mg/L; teicoplanine, 0,125 mg/L; et vancomycine, 2 mg/L. À l’exception de la rifampicine, ces valeurs étaient en concordance avec les données décrites pour la souche de type A. woluwensis.

Discussion

Ce n’est que récemment que des isolats d’Arthrobacter ont été décrits à partir d’échantillons cliniques. Ils sont largement distribués dans l’environnement, en particulier dans le sol. Actuellement, l’identification au niveau des espèces nécessite une analyse spéciale (c.-à-d. la séquence du gène de l’ARNr 16S et la structure du peptidoglycane), car les caractères phénotypiques ne sont pas suffisamment fiables pour différencier les 21 espèces actuellement définies. À notre connaissance, il s’agit du premier rapport d’un cas d’endocardite infectieuse subaiguë due à A. woluwensis chez un utilisateur de drogues injectables séronégatives au VIH.

Funke et al. a démontré que 4 des 11 isolats cliniques d’espèces d’Arthrobacter étaient des représentants de 2 nouvelles espèces. Les noms de « Arthrobacter cumminsii » (en l’honneur de Cecil S. Cummins, l’un des pionniers de la chimiotaxonomie) et « A. woluwensis » (de Woluwe, la ville de Belgique où le premier isolat clinique a été récupéré) ont été proposés.

L’identification des bactéries coryneformes représente un défi inhabituel pour le laboratoire de microbiologie. En fait, les microbiologistes ne devraient pas se fier entièrement à la base de données du système d’identification commerciale, qui ne couvre qu’un nombre restreint d’espèces. Comme dans un cas précédemment rapporté de bactériémie Arthrobacter, notre isolat a été initialement diagnostiqué comme C. aquaticum (maintenant appelé « Leifsonia aquatica »). L’identification finale d’A. woluwensis a nécessité une analyse par des méthodes de génétique moléculaire — c’est-à-dire une PCR de l’ARNr 16S, un séquençage direct et une recherche GenBank. Il a été spéculé que les souches cliniques d’Arthrobacter pourraient avoir été précédemment identifiées comme des bactéries corynéformes du groupe B-1 et B-3 des CDC (Centers for Disease Control and Prevention).

Chez notre patient qui, pendant de nombreuses années, a injecté par voie intraveineuse une large gamme de drogues illicites, nous avons pu identifier A. woluwensis comme l’agent étiologique de l’endocardite infectieuse de la valve mitrale native. La possibilité que la bactérie coryneforme provoque une endocardite chez les utilisateurs de drogues injectables a déjà été démontrée.

A. woluwensis isolé de notre patient s’est avéré, par la méthode de diffusion sur disque, résistant à toutes les pénicillines et céphalosporines, un schéma de résistance fréquemment observé chez plusieurs bactéries corynéformes. Ceci est important, car, à ce jour, le NCCLS n’a pas recommandé de points d’arrêt pour les tests de diffusion sur disque des bactéries coryneformes. Le profil de susceptibilité déterminé à l’aide de cette méthode doit être considéré comme présomptif. Cependant, la détermination des CMI pour les différents antibiotiques, telle que rapportée dans les résultats, confirme la résistance intrinsèque élevée de A. woluwensis, qui n’est pas vu dans beaucoup d’autres souches d’Arthrobacter vraies.

L’espèce Arthrobacter n’a été signalée comme cause de maladie humaine bien documentée qu’à 5 autres occasions: 2 cas de bactériémie, 1 cas d’endophtalmie postopératoire, 1 cas de syndrome ressemblant à la maladie de Whipple et 1 cas de phlébite (tableau 1). Une explication de la rareté des maladies causées par les espèces d’Arthrobacter est la pathogénicité relativement faible de ce genre et, plus généralement, des bactéries coryneformes. D’autre part, l’identification précise des bactéries corynéformes reste un défi pour la plupart des laboratoires de microbiologie, ce qui pourrait entraîner un biais vers un faible taux de récupération des espèces d’Arthrobactéries. En fait, à partir de notre examen de la littérature, nous avons pu récupérer des données sur seulement 41 cas dans lesquels des espèces d’Arthrobactéries ont été isolées à partir d’une variété d’échantillons cliniques humains (c.-à-d. sang, urine, sécrétion de plaies, échantillon de biopsie ganglionnaire, liquide oculaire, liquide de l’oreille externe, liquide vaginal et liquide amniotique). Sur ces 41 rapports, il y a maintenant 6 cas de maladie clinique, y compris le cas signalé ici. Il semble probable que l’espèce Arthrobacter fasse partie de la flore cutanée humaine. De plus, en particulier dans le cas d’A. cumminsii, l’isolement des échantillons d’urine, vaginaux et cervicaux indique que ce microorganisme est un résident possible du tractus génito-urinaire.

Tableau 1

Caractéristiques cliniques des patients infectés par des espèces d’Arthrobactéries.

Tableau 1

Caractéristiques cliniques des patients infectés par des espèces d’Arthrobactéries.

En conclusion, l’identification d’A. woluwensis comme cause d’endocardite infectieuse chez un utilisateur de drogues injectables n’a été possible qu’avec l’application de techniques modernes de diagnostic moléculaire reposant sur la PCR, le séquençage direct de l’ADN et la recherche GenBank. Les tentatives d’identification du microorganisme à l’aide d’une caractérisation biochimique standard régulièrement effectuées dans les laboratoires de diagnostic ont produit des résultats trompeurs, avec la classification de C. aquaticum.

L’identification des bactéries coryneformes au niveau de l’espèce est importante pour détecter les espèces insoupçonnées, pour attribuer une pathogénicité potentielle à des espèces jusqu’ici considérées comme non pathogènes et pour décrire des espèces jusqu’ici non décrites. De plus, ces informations devraient aider le médecin à faire la distinction entre la contamination, la colonisation et l’infection, fournissant ainsi au patient la meilleure antibiothérapie disponible.

Remerciements

Nous remercions Alexander von Graevenitz pour son examen critique.

1

Hogevik
H

,

Olaison
L

,

Andersson
R

,

Lindberg
J

,

Alestig
K

.

Aspects épidémiologiques de l’endocardite infectieuse dans une population urbaine. Une étude prospective de 5 ans

,

Médecine (Baltimore)

,

1995

, vol.

74

(pg.

324

39

)

2

Karchmer
AW

.

Mandell
GL

,

Bennett
JE

,

Dolin
R

.

Infections des valves prothétiques et des dispositifs intravasculaires

,

Principes et pratique des maladies infectieuses

,

2000

5e éd.

Philadelphie
Churchill Livingstone

pg.

904

3

Funke
G

,

Hutson
RA

,

Bernard
KA

,

Pfyffer
GE

,

Wauters
G

,

Il n’y a pas de réponse à ce problème.

Isolement d’Arthrobacter spp. d’après les échantillons cliniques et la description d’Arthrobacter cumminsii sp. nov. et Arthrobacter woluwensis sp. nov

,

J Clin Microbiol

,

1996

, vol.

34

(pg.

2356

63

)

4

Funke
G

,

Bernard
KA

.

Bâtonnets à gram positif de Coryneforme

,

Manuel de microbiologie clinique

,

1999

7e éd.

Washington, DC
Presse ASM

(pg.

319

45

)

5

Durack
DT

,

Lukes
COMME

,

Lumineux
DK

.

Nouveaux critères de diagnostic de l’endocardite infectieuse: utilisation de résultats échocardiographiques spécifiques. Service d’endocardite Duke

,

Am J Med

,

1994

, vol.

96

(pg.

200

9

)

6

Funke
G

,

Von Graevenitz
A

,

Clarridge
JE

III

,

Bernard
KA

.

Microbiologie clinique des bactéries coryneformes

,

Clin Microbiol Rev

,

1997

, vol.

10

(pg.

125

59

)

7

Funke
G

,

Alvarez
N

,

Pascual
C

, et al.

Actinomyces europaeus sp. nov., isolé à partir d’échantillons cliniques humains

,

Bactériol Int J Syst

,

1997

, vol.

47

(pg.

687

92

)

8

Wauters
G

,

Charlier
J

,

Janssens
M

,

Delmée
M

.

Identification d’Arthrobacter oxydans, Arthrobacter luteolus sp. nov., et Arthrobacter albus sp. nov., isolé à partir d’échantillons cliniques humains

,

J Clin Microbiol

,

2000

, vol.

38

(pg.

2412

5

)

9

Koch
C

,

Schumann
P

,

Stackebrandt
E

.

Reclassification de Micrococcus agilis (Ali-Cohen 1889) dans le genre Arthrobacter sous le nom d’Arthrobacter agilis comb. nov. et modification du genre Arthrobacter

,

Int J Syst Bacteriol

,

1995

, vol.

45

(pg.

837

9

)

10

Kodama
Y

,

Yamamoto
H

,

Amano
N

,

Amachi
T

.

Reclassification de deux souches d’Arthrobacter oxydans et proposition d’Arthrobacter nicotinovorans sp. nov

,

Int J Syst Bactériol

,

1992

, vol.

42

(pg.

234

9

)

11

Hsu
CL

,

Shih
LY

,

Leu
HS

,

Wu
CL

,

Funke
G

.

Septicémie due à des espèces d’Arthrobactéries chez un patient neutropénique atteint de leucémie lymphoblastique aiguë

,

Clin Infect Dis

,

1998

, vol.

27

(pg.

1334

5

)

12

Evtouchenko
LI

,

Dorofeeva
LV

,

Subbotin
SA

,

Cole
JR

,

Tiedje
JM

.

Leifsonia poae gén. nov., sp. nov., isolé de galles de nématodes sur Poa annua, et reclassification de ‘Corynebacterium aquaticum’ Leifson 1962 en Leifsonia aquatica (ex Leifson 1962) gen.nov., nom. rév., peigne. nov. et Clavibacter xyli Davis et al. 1984 avec deux sous-espèces comme Leifsonia xyli (Davis et al. 1984) gén. nov., peigne. nov

,

Int J Syst Evol Microbiol

,

2000

, vol.

50
1

( pg.

371

80

)

13

Gruner
E

,

Steigerwalt
AG

,

Hollis
DG

, et al.

Infections humaines causées par Brevibacterium casei, anciennement groupes CDC B-1 et B-3

,

J Clin Microbiol

,

1994

, vol.

32

(pg.

1511

8

)

14

Funke
G

,

Carlotti
A

.

Différenciation de Brevibacterium spp. rencontré dans les échantillons cliniques

,

J Clin Microbiol

,

1994

, vol.

32

(pg.

1729

32

)

15

Mathew
J

,

Addai
T

,

Anand
A

,

Morrobel
A

,

Maheshwari
P

,

Freels
S

.

Caractéristiques cliniques, site d’implication, résultats bactériologiques et résultats de l’endocardite infectieuse chez les utilisateurs de drogues intraveineuses

,

Arch Intern Med

,

1995

, vol.

155

(pg.

1641

8

)

16

Gubler
J

,

Huber-Schneider
C

,

Gruner
E

,

Altwegg
M

.

Une épidémie d’infection à Corynebacterium diphtheriae non toxique: clone bactérien unique provoquant une infection invasive chez les consommateurs de drogues suisses

,

Clin Infect Dis

,

1998

, vol.

27

(pg.

1295

8

)

17

Esteban
J

,

Bueno
J

,

Pérez-Santonja
JJ

,

Soriano
F

.

Endophtalmie impliquant un organisme ressemblant à une arthrobactérie à la suite d’une implantation de lentilles intraoculaires

,

Clin Infect Dis

,

1996

, vol.

23

(pg.

1180

1

)

18

Bodaghi
B

,

Dauga
C

,

Cassoux
N

, et al.

Syndrome de Whipple (uvéite, spondylarthropathie B27 négative, méningite et adénopathie) associé à Arthrobacter sp. infection

,

Ophtalmologie

,

1998

, vol.

105

(pg.

1891

6

)

19

Funke
G

,

Pagano-Niederer
M

,

Sjoden
D

,

Falsen
E

.

Caractéristiques d’Arthrobacter cumminsii, l’espèce d’Arthrobacter la plus fréquemment rencontrée dans les échantillons cliniques humains

,

J Clin Microbiol

,

1998

, vol.

36

(pg.

1539

43

)

20

Hou
XG

,

Kawamura
Y

,

Sultana
F

, et al.

Description d’Arthrobacter creatinolyticus sp. nov., isolé de l’urine humaine

,

Int J Syst Bactériol

,

1998

, vol.

48

(pg.

423

9

)

21

Tang
YW

,

Von Graevenitz
A

,

Waddington
MG

, et al.

Identification d’isolats bactériens corynéformes par analyse de séquences d’ADN ribosomiques

,

J Clin Microbiol

,

2000

, vol.

38

(pg.

1676

8

)

22

Ruisseau
I

,

Frazier
EH

.

Infections causées par les espèces de Propionibacterium

,

Infect Dis

,

1991

, vol.

13

(pg.

819

22

)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.