octobre 24, 2021

Aslan est en mouvement ! – Fr. Geoffrey Tristram

Podcast: Jouer dans une nouvelle fenêtre / Télécharger

S’abonner: RSS

John 10: 22-30

‘ C’était l’hiver, et Jésus marchait dans le temple, dans le portique de Salomon. C’était l’hiver. »Je suis allé à Jérusalem en hiver, et il y avait de la neige sur le sol, et il faisait très froid. Nous pensons à Jésus dans la lumière, des robes fluides et des sandales, prêchant dans des climats chauds et ensoleillés. Mais pas dans notre Évangile d’aujourd’hui. John nous dit très précisément que « c’était l’hiver. »Habituellement, Jean marque le temps en se référant aux fêtes religieuses juives, mais ici, très ostensiblement, il nous dit que c’était l’hiver. Comme souvent pour Jean, les mots apparemment insignifiants ont une signification profonde et symbolique. « C’était l’hiver, c’était la nuit… »

Cette histoire à la fin du chapitre 10 marque l’apogée de plusieurs chapitres décrivant les controverses de plus en plus hostiles entre Jésus et les dirigeants juifs. Ici, ce jour d’hiver, dans le temple même, les mots deviennent de plus en plus froids et amers. Jésus scelle finalement son destin en déclarant sans équivoque: « Le Père et moi ne faisons qu’un », et les Juifs ramassent des pierres pour le lapider à mort.

C’était l’hiver à Narnia, lorsque les enfants des histoires tant aimées de C.s. Lewis sont entrés pour la première fois par la garde-robe dans cette terre magique. Lucy est la première. « Elle se tenait au milieu d’un bois, avec de la neige sous ses pieds et des flocons de neige qui tombaient dans les airs. « Pourquoi est-ce l’hiver ici? »La sorcière a toujours fait l’hiver et jamais Noël. Mais Aslan est en mouvement. »‘

La vive controverse de Jésus avec les Juifs au Temple ce jour-là de l’hiver marque le point d’hiver le plus profond de l’Évangile de Jean. Mais immédiatement après, nous avons l’histoire de l’élévation de Lazare. Aslan est en mouvement. La prochaine fois que Jésus viendra à Jérusalem, l’hiver est terminé, les palmiers sont en feuille, et il entre en triomphe sur un âne, pour entrer dans sa passion, sa mort et sa résurrection glorieuse.

Pour nous maintenant dans le Massachusetts, l’hiver est enfin terminé, et ces derniers jours ont vu la glorieuse venue du printemps, avec des arbres éclatant en feuilles et en fleurs. J’ai toujours aimé la description de l’arrivée du printemps à Narnia.  » Edmund entendit un bruit curieux, le bruit de l’eau courante. Tout autour, les ruisseaux bavardaient, murmuraient, bouillonnaient, éclaboussaient et rugissaient. Puis il vit pour la première fois le vert foncé d’un sapin, et lentement de plus en plus d’arbres secouèrent leurs robes de neige. Des rayons de soleil délicieux se sont abattus sur le sol de la forêt et vous pouviez voir un ciel bleu au-dessus de la cime des arbres. Bientôt, d’autres choses merveilleuses se sont produites. Entrant dans une clairière de bouleaux argentés, il vit le sol couvert dans toutes les directions de petites fleurs jaunes – des chélidoine. Au-delà, ils ont trouvé des perce-neige en croissance, puis une douzaine de crocus – or, violet et blanc. Et puis un son encore plus délicieux que le son de l’eau. Un oiseau gazouillait des branches d’un arbre, et bientôt tout le bois sonnait de la musique des oiseaux. Le ciel est devenu de plus en plus bleu. Dans les larges clairières, il y avait des primevères. Les arbres ont commencé à devenir pleinement vivants. Les mélèzes et les buissons étaient couverts de vert, les labours d’or.  » Ce n’est pas du dégel », dit le nain.  » C’est le printemps. L’hiver a été détruit. C’est ce que fait Aslan. »‘

L’hiver a été détruit. La mort a été vaincue. Comme les feuilles et les fleurs éclataient, ainsi Jésus jaillit du tombeau. « Voici que je fais tout nouveau! »Il y a tellement de raisons en ce moment dans notre monde pour lesquelles nos propres cœurs peuvent se sentir gelés ou hivernaux: anxiété, agitation, incertitude, solitude, chagrin. Pourtant, Aslan est en mouvement. Le Seigneur Ressuscité aspire à s’approcher de nous et à nous rapprocher toujours plus du feu de son amour. Pour réchauffer nos cœurs d’espoir et de joie. Dans les paroles de l’hymne, « Quand nos cœurs sont hivernaux, en deuil ou dans la douleur, ton toucher peut nous rappeler à la vie. »

Dans vos prières, ouvrez votre cœur à Jésus et invitez-le à s’approcher. Permettez-lui de vous toucher à nouveau et de vous remplir de vie et d’espoir nouveaux. Écoutez profondément ses paroles gracieuses à vous:

‘Lève-toi mon amour, ma belle, et sors. Pour l’instant, l’hiver est passé, la pluie est finie et partie. Les fleurs apparaissent sur la terre.’ Alléluia. (Le Chant de Salomon Ch. 2 versets 10-12)

Soutien SSJE

Veuillez soutenir le travail des frères.
Les frères de SSJE comptent sur la gentillesse inspirée des amis pour soutenir notre vie et notre travail. Nous sommes reconnaissants pour les prières et le soutien qui nous ont été fournis.

Cliquez ici pour faire un don

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.